Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un citoyen...du monde

La simplification du monde

8 Juin 2010 , Rédigé par counch Publié dans #Reflexions sur l'argent et l'économie

 

L’Homme arrivera t-il un jour à se fondre parfaitement au sein de son environnement ? Pour l’instant, c’est mal barré et c’est même plutôt le chemin inverse qui se dessine devant nous ! Au stade où nous en sommes, nous avons décrétés que c’était plutôt à notre environnement de s’adapter à nous !!! L’être humain, dans sa grande humilité, pense que tout lui appartient. Vous comprenez, l’Homme est mortel, le pauvre, alors, la vie lui doit bien ça quand même…

 

Le monde est complexe et vivre en son sein l’est d’autant plus. Pourquoi diable, se faire toute une histoire pour un simple problème de lois de la physique ou d’équilibre du monde. Après tout, l’équilibre, on verra ça plus tard. En attendant, il faut bien bouffer. Mais ce que nous avons du mal à comprendre, c’est que l’équilibre existe sans nous, de toute façon, que ça nous plaise ou non. La simplification que nous faisons du monde ne change aucunement sa réalité. Nous ne pouvons désespérément pas faire rentrer 1 litre d’eau dans un verre de 25 centilitres. C’est physiquement impossible. J’aime cette comparaison avec le verre d’eau car elle représente très bien la situation que nous vivons.

Les illusions, les tours de passe-passe, les « ni vu ni connu j’tembrouilles » nous arrangent bien. « Tu veux manger ? Tiens, voilà un peu d’argent, tu pourras, avec ça, manger ce que tu veux ». Ou comment satisfaire un besoin par l’illusion. Essayez-donc de manger votre billet de 20 euros…

A bien y réfléchir, l’argent permet donc l’illusion de nous affranchir ou du moins, de nous arranger des lois qui régissent notre monde que sont l’espace, le temps et la matière. Malgré nos immenses progrès dans l’accélération de nos déplacements et en communication, nous ne pouvons réduire l’espace, raccourcir le temps ou créer de la matière à partir de rien. Ainsi, sans nous en apercevoir, nous avons créé un espace temps parallèle qui s’éloigne plus ou moins du réel dans lequel nous vivons. Parler d’économie réelle (qui au passage, est un sacré abus de langage) et d’économie virtuelle lorsque l’on parle de la finance, n’est pas anodin. C’est le témoignage que si l’on veut parler d’argent, il faut aussi rentrer dans son monde. La monnaie circulante à un instant T, représente bien le déséquilibre de nos échanges en ce même instant et ainsi, la dérive vis-à-vis du réel. Supprimez tout l’argent du monde et vous retournez instantanément dans le présent ! L’état du monde est alors visible dans sa réalité présente. Comptez l’argent du monde et vous aurez la vision de celui-ci dans un avenir plus ou moins proche, flou et supposé mais surtout biaisé par rapport à la réalité. Le plus grand danger pour l’homme serait qu’il se contente d’exister dans cette réalité tronquée sans jamais faire correspondre les deux mondes. Loin de moi l’idée d’affirmer que l’introduction de l’argent au sein de nos échanges est une absurdité. Le système monétaire permet avant tout, une socialisation, une adhérence à un système d’échange commun qui permet, par l’établissement de règles, un apaisement de nos désaccords immédiats et donc une certaine pacification. Cependant, nous avons tout de même une certaine tendance à oublier assez rapidement la réalité de ce qu’est vraiment l’argent. En nous réfugiant dans son monde, nous nions le présent et nous transposons dans ce que nous voudrions que l’avenir soit.

A contrario, prendre conscience du décalage de l’argent vis-à-vis du présent et du réel ne peut que nous faire tendre vers un rapprochement des deux mondes. Car le bonheur n’est-il pas tout simplement celui-ci ? Le solde 0 et l’absence d’argent traduisant la symbiose de l’Homme avec son environnement ? Cet indicateur, facilement quantifiable, ne saurait-il pas être un guide formidable du bonheur ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article